maison paille et ossature bois

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Du plafond au plancher d'étage: un point précis

J'avais promis que je ferais un récapitulatif sur la mise en oeuvre du plancher d'étage, avec son isolation phonique (sable), son plancher chauffant et sa chape sèche et le carrelage. Et bien le voici, avec schéma et photos de mise en oeuvre.

On est début juin 2010, on pose les solives:

Les voici donc posées avec un chevêtre sur chaque fenêtre (à gauche et à droite).

Voici ci dessous un schéma du plancher qui va être posé sur les solives:


  Sur les solives est posé un plancher d'OSB3. Pas du vrai, mais une autre marque (je vais chercher cela) avec un liant sans formaldéhyde.
Rainuré, boufté. Il participe au contreventement de la bâtisse. (épaisseur 18mm)



Le plancher est posé quasiment en une journée (30 juin).



Il restera ainsi à l'air et à la pluie jusqu'au 19 aout, soit plus d'un mois 1/2. Il a quand même pas mal plu.
Cela a tenu.



Puis jusqu'au 16 décembre le temps qu'on finisse toit et murs, le plancher subit encore quelques attaques de mortier.



Alors il a morflé un peu, mais de toute façon on ne peut le laisser brut ainsi. Surtout que chaque fois que l'on marche dessus, cela raisonne beaucoup en dessous. Va falloir isoler !



On voit d'ailleurs que dessous l'OSB est propre mais les solives ont beaucoup souffert du temps où elles sont restées à l'air libre et surtout au soleil.
On a passé beaucoup de temps à les poncer. La prochaine fois nous poserons l'OSB sans attendre.



Les voici donc récupérées, ces solives. On a poncé comme des bêtes. Reste que l'on voit les jointures de l'OSB. J'ai fait une tentative de les boucher, mais cela se voit encore plus. Nous avons donc fait le choix de peindre directement sur l'OSB en laissant ces jointures.



In fine cela rend bien, si ce n'est que malgré les deux couches, des taches apparaîssent. Il aurait fallu faire une sous-couche bien épaisse.
Revenons à l'étage. Nous sommes le 16 décembre:


Papier Kraft et Liège (3mm d'épaisseur)

J'ai acheté un rouleau de papier Kraft que nous avons (en partie) déroulé sur le sol, afin de faire une protection contre la poussière: ne pas qu'elle descende au rez. Dessus, nous avons agrafé des cornières  de 35x35x3mm. Ces cornières nous permettant de mieux maîtriser la hauteur du sable que nous allons poser. Ces cornières on été commandées chez gesflux, Avec les frais de port j'en ai eu pour 52 euros pour couvrir un peu moins de 40 m2, sachant qu'elles étaient espacées de environ 45cm. Entre les cornières nous avons posé du liège (rouleau).
Le principe c'est un matériaux dur (l'osb), un "mou" (le liège), un dur (le sable), un mou (polystyrène du plancher chauffant), un dur (carrelage).
L'alternance.



Le sable (35mm d'épaisseur)



On le monte au sceau. On l'étale. On a utilisé 1,5M2.



Avec un rouleau de gazon on tasse le sable. (Bien prévoir que cela passe entre les cornières.



On égalise à la règle qui glisse sur le haut des cornières.

Le plancher chauffant (28mm)

On a choisi le plancher chauffant sec réhau. Un peu plus cher que le plancher chauffant traditionnel, il n'a pas besoin d'une chappe liquide et reste peut volumineux. Un avantage lorsque l'on ne veux pas trop monter le sol fini. On a déjà pris 3,5cm avec le sable. Ici on prend 2,8cm

On commence donc par poser le relevé de plinthe. On aurait pu le poser plutôt. Puis on pose les plaques isolantes:



Sur le sable cela tangue quand même un peu, malgré les cornières. On perd par endroit le niveau.

Sur ces plaques de polystyrène s'emboitent des plaques, diffuseurs préformés en acier galvanisé.



Et dans les "rigoles" on place les tubes PER de Rhéhau.



On saute (ou non) une rangée selon l'étude thermique effectuée au préalable. Une fois terminée cette opération, on étale sur toute la surface un film polyéthylène (fourni par le fabricant de plancher chauffant).

Le fermassol ou Fermacell plaque rigide pour chape sèche. (épaisseur 20mm)

Le fabricant (xella) a changé son nom récemment : FERMACELL plaques rigides pour chape sèche.
Les plaques de sol FERMACELL se présentent sous la forme de 2 plaques de FERMACELL de 10 ou 12,5mm d'épaisseur, contrecollées en usine avec un décalage de 5 cm dans les 2 dimensions. Ce décalage ménage une large feuillure périphérique sur les 4 cotés, qui permet l'assemblage. On pose de la colle sur cette feuillure, ensuite on recouvre avec la plaque suivante et enfin on visse avec des visses Fermacel. Au passage les visses Fermacell (visses noire) sont super pratiques. On ne fait pas le radin, on achète carrément une grosse boite, cela va servir pour plein d'autre choses.




Tout le sol est maintenant 100% stable avec le poids de la chape sèche alors qu'avant, "le plancher chauffant" bougeottait sur le sable.
In fine la mise en oeuvre de ce plancher chauffant avec cette chape sèche est très rapide et le prix est équivalent (voire légèrement moins cher) que un plancher chauffant traditionnel avec chape liquide. Enfin, pas d'attente avant de carreler, on peut attaquer dans la foulée.
Certes, la chape liquide entoure les tuyaux PER et donc diffuse de façon performante la chaleur. Mais ici, les plaques
préformés en acier galvanisé font parfaitement office de diffuseur.
Le seul petit regret serait d'avoir une inertie faible par rapport à une chape. C'est un avantage: on allume et hop c'est chaud.
Les plaques de fermacell (sol) plus le carrelage nous donne quand même une légère inertie, légère.
Au rez de chaussé, où nous avons fait une chape traditionnelle de 80mm sur le plancher chauffant, l'inertie est franchement présente...

Colle et carrelage (Epaisseur 15mm)

Dernière opération: le revêtement final. Après avoir hésité entre lino, plancher ou carrelage, on opte pour le troisième, moins cher, plus solide (il y aura un bureau ici plus tard) et plus simple à entretenir.



Sur les plaques, c'est  finegueur in dze nôze que se pose le carrelage.




Une fois posés les joints, y'a plus qu'à vivre dessus...





... ou dessous:




L'isolation phonique est top. On n'entend pas marcher à l'étage, et les sons aériens ne passent que par les portes ouvertes !
L'épaisseur depuis le dessus des solives est de 100mm

LA RESISTANCE DES SOLIVES

Suite à un commentaire de Fred ci dessous sur les charges exercées sur le plancher, voici un détail des charges au m2  ainsi qu'une première approche de la résistance des solives, grâce à deux formules glanées sur le net, et qui valent ce qu'elles valent...

Charges en kg/mètre carré sur les  solives:

OSB 18mm                       22
Papier Kraft+Liège             0,5
Sable 35mm                    59,5
Plancher sec                      5
Fermacell                        24
Carrelage+colle              20
                   TOTAL      130,5

Le sable a un poids qui varie de 1,4t à 1,75t au m3. On part sur 1,7t/m3

Calcul des resistances:

l=largeur solives=7,5
h=Hauteur solives=19,5
L=Longueur (portée) solives=2,5
e=Entraxe solives=0,47
Sigma=Resistance admissible en flexion du bois (en kg/cm2)=100
P= Charge admissible au m2

la portée des solives est plutôt 2,4m, mais on arrondit à 2,5.
l'entraxe des solives est majoritairement à 47cm sur chambre enfant et 36cm sous chambres parent (plan ici). On laisse tout à 47.

J'ai trouvé deux formules:

P=(8*l*h2*Sigma)/(6*e*L2*100) = 1230kg/m2
P=(l*h2)/(e*L2)= 970kg/m2

Avec 130,5kg au m2 déjà pris par le sol, faire une fiesta à l'étage même en ayant pris du poids et avec des verres bien pleins,  ne posera pas de problème.


______________________________________________________________________________________
Je reviendrai d'ici un mois sur ce message pour vous donner un détail des couts au m2.
Dans un mois parce que j'attaque les compte d'ici deux semaines, pas avant.



______________________

Pose du plancher c'est ici.

Pose du sable+plancher chauffant c'est ici.

Le sommaire de la petite maison  (tous les liens pour s'y retrouver) c'est ici.


 

Commentaires

1. Le mardi 22 mars 2011, 11:15 par ebene

Très bon cet article bravo et merci bcp de prendre la peine de nous informer !!

Ebene

2. Le mardi 22 mars 2011, 14:17 par gaet

Bravo d'avoir écrit cet article maintenant ! ! Je me réjouis que vous m'invitiez à passer 1 ou 2 jours pour tout admirer ! ! Bises Gaet

3. Le mardi 22 mars 2011, 15:40 par Jon

Salut Philippe,

Content d'avoir des nouvelles autres que des commentaires spamiques ! ;)

Pour info au sujet des jonctions des plaques OSB qui se voient : la pose "dans les règles de l'art" d'un plancher contreventant en OSB se fait à coupe de pierre, à joints décalés et à petit côté soutenu. Cela veut dire que la longueur des plaques doit être perpendiculaire au solive, qu'on doit décalé les plaques d'une largueur de solive et que l'entraxe des solives doit être un multiple des longueurs de plaques. Ainsi, il n'y a aucune jointure de plaque apparente (cachée par les solives). C'est aussi beaucoup plus éfficace pour le contreventement puisqu'on peut fixer les bords par de multiples pointes.
Et pour la forme, c'est dans le DTU maison ossature bois.

Sinon merci pour l'article super intéressant !

J'attend le chiffrage avec impatience, je suis toujours en questionnement par rapport au plancher sec ??!! ;)

++
Jon

4. Le mardi 22 mars 2011, 19:34 par Fred

Salut,

merci pour tous ces détails !

Une questionme turlupine quand même ! Quid de la charge au m2 pour ton plancher ?
Tu sembles avoir les mêmes solives que moi du 75*225 ou un truc du genre avec un espacement de 48/50. Ton "montage" n'est il pas trop lourd ?

++
Fred

5. Le mercredi 23 mars 2011, 00:44 par Ta soeurette

Meme moi qui vit dans une maison finie depuis longtemps, je me suis laissée emportée par ta description ... c'est vraiment bien expliqué, ingénieux et donc vraiment interessant à lire ! Bravo pour le résultat ... vivement de pouvoir voir tout ça en vrai :o) Big bisous à toi et toute ta famille !

6. Le mercredi 23 mars 2011, 12:16 par sherkanner

Ah tiens, des profilés réhau.
Avec un peu de chance ils sont sortis de l'usine a coté de laquelle j'ai grandis (vraiment a coté, environ 200m).

Article très bien fait qui répond a pas mal de mes interrogations sur le chauffage sol ^^

Le carrelage n'apporte-t-il pas un poil d'inertie thermique?

7. Le mercredi 23 mars 2011, 13:13 par phch

@ebene Merci pour l'encouragement.
@gaetmont. Ben à bientôt alors!
@ Jon. Oui pour les spams, je passes pal mal de temps à ratisser...
On n'a pas calculé l'entraxe en fonction des tailles des plaques car d'autres facteurs entraient alors en ligne de calcul. On n'a pas posé en coupe de pierre (même longueur à joints décalés régulièrement) parce que je l'ai fait à la radin (les règles dollars).Cela explique les joints parallèles aux solives. En revanche, je ne vois pas comment supprimer les joints perpendiculaires si l'on pose les plaques (comme on a fait d'ailleurs) perpendiculairement aux solives.
Pour le plancher sec, passe chez moi (on t'attend d'ailleurs depuis longtemps) jeter un coup d'oeil. Tu ne devrais pas trop te poser la question, surtout que Réhau, c'est près de chez toi.
@Fred Excellente remarque que celle du poids. Merci. Du coup j'ai complété le billet ci dessus en donnant les chiffres qu'il fallait. J'espère que cela te rassurera.
@ma soeurette. Le printemps est là. D'ici deux semaines on se croisera, Inch'Allah.
@sherkanner. Merci, sherkanner. Tu ne dois pas être loin de Jon. Pour le carrelage + les 20mm de fermacell, cela en ammène un peu (inertie). Ceci dit à l'usage le temps de réactivité (j'allume le chaufage et le plancher chauffe) est assez rapide. J'avoue que j'aime bien cela.

8. Le lundi 28 mars 2011, 18:40 par manu

un seul mot : épaté !...
manu

9. Le lundi 28 mars 2011, 20:12 par Jon

Salut Philippe,
Merci pour les infos.
Effectivement, on ne supprime pas les joints perpendiculaires. Mais ils sont moins vilains que les autres ;)
Pour les règles de poses, c'est surtout pour la fonction contreventement qu'il faut les respecter.
Pour le plancher sec, hormis le prix qui me freine un peu, je suis vraiment emballé par ce plancher.
Je vais aller faire un devis, comme ca je serai fixé.
++
Jon

10. Le vendredi 30 décembre 2011, 15:18 par tabard guy

j'ai tout compris, tu es un vrai pro,sauf cette phrase"La prochaine fois nous poserons l'OSB sans attendre."tu veux vraiment faire une autre maison ?
bonnes fêtes
A+
guy

11. Le lundi 7 mai 2012, 17:42 par Winzo

Bonjour Philippe et bravo !
Tu ne serais pas dans la dernière édition du livre de JB ?
Sinon tu peux m'envoyer quelques photos du rendus des joints des osb stp ?
Car on souhaite faire comme toi : solives apparents et osb peint au dessus et on se demande si les joints se voient beaucoup ?

Merci,
Winzo

12. Le jeudi 17 novembre 2016, 14:59 par Greg

Bonjour,

Tout d'abord, bravo pour votre travail et pour votre blog.
Je suis cours de construction d'une maison bois passive en Lorraine, et je m'interroge sur mes chapes.
J'avais pensé au système sable+plaques de sol fermacell et j'aurais voulu avoir votre retour d’expérience.
Si vous avez un peu de temps a me consacrer, j'aimerai bien avoir un bref échange la dessus.

Merci d'avance
Greg

-------------

réponse

Bonjour,

Chez nous le système fonctionne très bien, l'isolation phonique est efficace et la masse apportée par le sable et le fermacel est intéressante. Juste faire attention au dimensionnement de la structure porteuse. Un bémol pour nous,  nous aurions pu ne pas poser le plancher chauffant de l'étage (car maison de petite surface +apport soalire+ bien isolée). Du coup il est toujours éteint.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet