maison paille et ossature bois

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

03. GRUE EN CANARD ET SERRE EN BERNE

Cela fait bien 10 jours que je n'ai pas écris sur le blog. On a pas mal bossé quand même. Mais pas sur la construction à proprement parlé.

D'ailleurs Damien rage un peu. Le chantier n’avance pas. C’est vrai depuis quelques jours point d’évolution : les semelles prennent tranquillement le temps de sécher au soleil. La petite source (cave garage) attire une foule d’abeilles. Il doit avoir une ruche pas loin !

Bref, pendant que les semelles prennent l’air, le chantier du chantier  termine lentement sa mutation.

On a commencé par la serre. On a monté les arceaux. Pas simple. Une journée de boulot. Les arceaux sont hauts, le terrain accidenté et le  vent les fait bringuebaler. Pis c’est pas du léger ce truc là, faut le manipuler !

Son gabarit dépasse mes espérances. Elle sera très utilisée pour fabriquer l’ossature et préparer les bottes dans les mois qui viennent. Pour la bâche, cela a été aussi assez sport. J'ai fixé les oeillets aux arceaux avec du fil de fer. Un erreur. J'aurais du mettre de la corde. Je m'en suis mordu les doigts trois jours plus tard. Ce tunnel est un excellent amplificateur de vent. On a remis a plus tard la fermeture des deux faces. Deuxième erreur. Je m'en suis bouffé les doigts trois jours plus tard.

Et… et… La grue.

On s’y est attelé à la faire monter. (observez la maitrise du vocabulaire technique). Là aussi, cela ne s’est pas fait un jour, Lara. Vous aurez doit à un film, prochainement. On a rallongé la flèche.

On a pété un câble (c'est le cas de le dire!). c'est celui du palan. cela arrive souvent. L'était usé à un endroit certainement dû à un mauvais conditionnement durant le dépliage et le transport. Il a fallut réparer. Du coup le câble du palant et plis court. Espérons que cela jouera.

Avant cela on a remplacé des vieux fusibles par disjoncteurs. On a mis la bébette sur cale et à niveaux.

 

Tout ce qui bouge pointait du nez à été dégrippé, graissé huilé moteurs vidangés,  vidange des moteurs, changement de câbles électriques souffreteux, remplacement de boulons par ci par là...

Enfin mise en place du lest (3tonnes) grâce à l'aide de la mini pelle pour quelques temps de passage.

Pour terminer on a monté le corps central... Il était déjà tard et le vent commençait à souffler.

On s'est donc arrété la grue à moitié levée. On devrait pouvoir la monter définitivement en max 1/2 journée SANS VENT.

On aura mis plus de trois jours à la monter. Maintenant si il faut le refaire il faudra une bonne journée.

Ce qui n'empêche pas de s'imprégner encore du mode d'emploi.

Le lendemain (c'est à dire ce 20 mars) le mistral a soufflé. Coté serre, on a pas été loin de la kta. Le vent qui s'engouffrait dans le tunnel a forcé sur la toile et a pété pas mal d'oeillets. La bâche commencait à flotter au vent. Elle fait quand même 150 M2. Et je me suis souvenu de mes bagarres avec des voiles en Méditérranée. A la fin j'ai détaché le coté sud, là où ce que le vent du Nord voulait tout arracherOn a ensuite entrepris de boucher les deux faces de la serre. On a fait cela en bois. Je vous donnerais une photo sous peu parce que aujourd'hui, journée assez mouvementée, je n'ai pas fait de photos (la serre qui faisait drapeaux, l'équilibre sur les échelles, les cordes tendues et pour finir le camion parti chercher des planches de bois bruts qui tombe en panne d'essence). Lundi, on devrait avoir fini de boucher ce tunnel.

Commentaires

1. Le mardi 24 mars 2009, 19:33 par phch

Les deux cotés de la serre sont finis. Il faut maintenant réparer les dégâts sur la bâche. On va la démonter, re-placer des œillets et la remettre avec des cordes. Cela sera fini demain. Je viendrais mettre à jour cette page avec des nlles photos

2. Le mercredi 25 mars 2009, 15:38 par gaetmont

Oui,ce vent, vrai bourrasque de mars.. Je pense bien à vous et à votre courage pour continuer malgrè tout ! ! Vrais bravos ! !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet